<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=280910235710214&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

Des solutions ouvertes pour les commerces en ligne

Les cartes de crédit ont presque toujours été le seul mode de paiement des achats en ligne. Pas de chance pour les consommateurs qui n’ont pas de carte de crédit, qui ont atteint leur limite de crédit ou qui préfèrent ne pas utiliser leur carte en ligne! Les commerçants en ligne avaient initialement de nombreux autres problèmes à aplanir, notamment sur le plan de la logistique et des coûts d’expédition. Comme 92 % des Canadiens possèdent une carte de crédit, on pouvait se satisfaire de la situation. Mais, comme le chante Hugues Aufray dans sa version d’une célèbre chanson de Bob Dylan : « Le monde et les temps changent ».

Dans un contexte où la concurrence se fait toujours plus vive dans le commerce électronique, les marchands ont plusieurs raisons d’envisager différentes solutions de paiement :

  • Les cartes de crédit sont en en fait un des modes de paiement les plus onéreux pour les commerçants. Bien que les cartes constituent une option pratique pour les consommateurs, les frais d’interchange peuvent avoir une importante incidence sur les affaires. Lors de la lutte publique entre Wal-Mart et Visa voilà un an, j’ai entendu un dirigeant de l’entreprise affirmer lors d’une conférence : « Visa fait plus d’argent sur nos ventes que nous-mêmes. »
  • Si une vaste majorité de consommateurs utilisent une carte de crédit, des statistiques indiquent par ailleurs que d’importants segments de clientèle sont exclus des achats en ligne. Selon une étude de l’Organisation canadienne des fournisseurs de comptes prépayés (OCFCP) :
    • 31 % ne veulent pas de carte de crédit;
    • 26 % ont un solde courant;
    • 40 % ont une dette sur carte de crédit.
  • Le public accorde généralement une plus grande confiance aux commerçants qui proposent plusieurs options de paiement. Selon une étude de Smart Insights, il en est ainsi de 40 % des consommateurs.
  • De récentes atteintes à la sécurité des données ont contribué à rendre les consommateurs méfiants à l’égard du partage de renseignements en ligne. La même étude de l’OCFCP indique que 66 % des consommateurs hésitent à partager leurs données financières en ligne et que 20 % en sont grandement préoccupés.

Dans ce contexte, plusieurs commerçants en ligne prennent des mesures proactives. L’an dernier, de concert avec Amazon, nous avons lancé Amazon Cash au Canada. Ce service permet aux consommateurs d’utiliser des espèces ou une carte de débit pour charger des fonds dans leur compte Amazon à plus de 6 000 succursales de Postes Canada. La couverture atteindra 15 000 points de service plus tard cette année.

En mai, nous lançons avec un partenaire clé une solution de paiement en espèces et par carte de débit. Ce nouveau mode de « réservation-paiement » permet aux consommateurs de commander un panier d’articles, qui est mis en attente jusqu’à ce que le paiement soit effectué en personne. Lors du paiement, le commerçant reçoit aussitôt une notification l’informant que les biens achetés peuvent être expédiés.

L’adoption de ces nouveaux modèles par de grands joueurs du cybercommerce constitue à mon avis un point de bascule vers une utilisation élargie. Même si ces options de paiement ne remplaceront sans doute jamais complètement les cartes de crédit classiques, elles contribuent néanmoins beaucoup à accroître la clientèle du commerce en ligne.

Rejoignez-nous au kiosque 100 de Payment Summit afin de discuter de l’aide que nous pouvons vous apporter en vue d’élargir la portée de votre commerce en ligne.

Ou communiquez avec nous aujourd’hui même pour plus de renseignements.

Commentaire